INFORMATION

Au Nom d'Allâh Le Tout Miséricordieux Le Très Miséricordieux

 

Louanges à Lui  Seigneur des Mondes

 

Paix et salut sur Son Prophète et Messager, et sur sa Famille, ses Compagnons et ses Alliés.

 

 

 

Fichier 2 : Sur l'Inauguration d'une Unité de Transformation Agricole à Taïba-Niassène (Fruit de la Coopération Sénégalo-Suisse : Ibrahima NIASS, CCPA et Abib NIASS, PCR à l'honneur).

 

 

Une dépêche et un article avec deux annexes.

 

1.-La Dépêche : "Une deuxième unité de transformation de l’arachide inaugurée à Taïba Niassène".

 

2.-L'Article : "Transformation de produits agricoles : Le village de Taïba Niassène étrenne son unité".

 

3.-Les Annexes :

3.1.-"Taïba Niassène : Le PCR sortant reconduit".

3.2.-"Présentation du CCPA par la Coopération Suisse".

 

 

1.-DEPECHE.

 

SENEGAL-AGRICULTURE

Une deuxième unité de transformation de l’arachide inaugurée à Taïba Niassène.

 

12-05-2009 21:41 GMT

 

Taïba Niassène (Nioro), 12 mai (APS) – Le directeur de Cabinet du ministre de l’Agriculture et de la Pisciculture, Massata Niang, a inauguré mardi à Taïba Niassène (Nioro) une nouvelle unité de transformation d’arachide, un ’’pas extrêmement important dans le développement local’’.

Cette unité, la deuxième du genre, a été construite au profit du Cadre de concertation des producteurs d’arachide (CCPA). Une première unité est déjà fonctionnelle à Thiakho Maty.

 

La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence de l’Ambassadeur de Suisse au Sénégal, Jean-François Paroz, et du directeur de Cabinet du ministère des Mines, de l’Industrie et des PME.

 

’’Cette réalisation cadre avec la vision du gouvernement’’, a dit M. Niang estimant que l’agriculture ’’ne saura être rentable, utile au producteur que si celui-ci parvient à jouir pleinement de sa production’’ avec notamment la plus-value tirée de la transformation ainsi de ses productions.

 

Il a assuré au Cadre concertation des producteurs d’arachide de l’appui du gouvernement et annoncé la tenue prochaine d’un conseil présidentiel sur ’’les conditions paysannes’’ avec, au nombre des recommandations attendues, le développement et la promotion des unités de transformation des produits agricoles.

 

Le directeur de cabinet du ministère de l’Agriculture s’est réjoui de l’acceptation exprimée à l’occasion par les populations de l’idée de la ’’révolution rurale’’ lancée la semaine dernière par le chef de l’Etat.

 

L’unité de production a été réalisée sur concours financier du Bureau d’appui à la coopération suisse de 25 millions de francs CFA. Fonctionnant à l’énergie électrique, elle a une capacité de traitement de 1040 tonnes d’arachide/jour.

 

Les 150 femmes bénéficiaires qui s’y relaient par groupe, produisent de la pate, de la farine, des arachides traitées, du savon et bientôt de l’huile brute.

 

Le projet lancé en 2008, selon le président du Cadre de Concertation des producteurs d’arachide, Ibrahima Niass, vise à lutter contre les problèmes de la commercialisation de l’arachide en amenant les paysans à ne plus vendre brut leurs produits, mais seulement après transformation pour profiter des plus-values.

 

Cette unité est apte à transformer d’autres produits comme les céréales, a indiqué M. Niass assurant que l’ambition du CCPA est d’en implanter une dizaine dans les régions de Kaolack, Fatick et Kaffrine.

 

Le président du Conseil rural de Taïba Niassène, Abib Niass, le secrétaire général du Cadre national de concertation des ruraux, Baba Ngom, se sont également félicités de cette réalisation.

 

Celle-ci constitue une solution à la mévente observée de l’arachide au Sénégal en permettant sa mise en valeur afin d’améliorer les revenus des paysans, a affirmé Abib Niass qui a toutefois a mis en garde contre les dysfonctionnements possibles dans les maillons impliqués de l’environnement économique, institutionnel et technique.

 

La cérémonie a été par deux fois perturbée par un tourbillon qui a défoncé deux tribunes et renversé les baffles. Selon le président du CCPA, Taïba Niassène est bâti dans un domaine naguère occupé par des djinns (esprits).

 

Minimisant l’incident, il a dit que le fondateur du village, Mame Abdoulaye Niass, a réussi à les éloigner, même si par moment, ils s’invitent à de pareilles manifestations. –Par "MS/ADC".

 

 

2.-ARTICLE.

 

Transformation de produits agricoles : Le village de Taïba Niassène étrenne son unité.

 
Pour faire face aux mauvaises campagnes de commercialisation arachidière dans le Saloum, le Cadre de concertation des producteurs d'arachide a mis en place au village de Taïba Niassène une unité de transformation dudit produit oléagineux. D'un coût global de 25 millions, cette unité est financée par le bureau d'appui à la coopération suisse, en partenariat avec l'Etat du Sénégal.

(Correspondance) - Situé dans le département de Nioro, le village de Taïba Niassène vient d'étrenner son unité de transformation des produits agricoles. La cérémonie d'inauguration a eu lieu, hier, sous la présidence du directeur de cabinet de Mme le ministre de l'Agriculture et de la pisciculture, Fatou Guèye Sarr. Cet ouvrage, d'un coût global de 25 millions de francs, est le fruit d'un partenariat entre le Cadre de concertation des producteurs d'arachide (Ccpa), que dirige Ibrahima Niasse, et le bureau d'appui à la coopération suisse. Cette unité, qui compte un bloc administratif, des salles de grillage, de conditionnement et d'exposition ainsi qu'une aire de stockage et de décorticage, est géré par une structure dénommée Groupement d'intérêt des producteurs d'arachide (Gipa), essentiellement composée de femmes.

L'objectif d'une telle initiative, selon Ibrahima Niasse, est de faire face aux difficultés liées aux mauvaises campagnes de commercialisation répétitives pour la filière arachide. En effet, dit-il, depuis l'instauration en 2002 du système carreaux - usine, les producteurs éprouvent d'énormes difficultés pour écouler leurs productions avec des opérateurs privés qui doivent trouver les financements nécessaires pour l'achat des produits arachidiers. Mais, se désole le président du Ccpa, il se trouve que les financements se sont avérés insuffisants. C'est pour cette raison que les producteurs, conscients du fait que la production arachidière ainsi que le produit fini de l'arachide appartiennent aux producteurs, ont décidé de valoriser la production au lieu de la vendre à l'état brut. C'est d'ailleurs ce qui a poussé les membres du Ccpa, de concert avec la Suisse à convoquer son bureau d'appui pour aller vers une unité de transformation des produits agricoles, afin de parvenir à une maîtrise économique locale.

L'unité de ce village du Cheikh Al Islam, El Hadji Ibrahima Niasse dit ‘Baye’, a une capacité d'absorber 1 040 tonnes de coques d'arachide. Ainsi, toute la communauté rurale peut y drainer sa production, à en croire Ibrahima Niasse. Une autre unité de ce genre existe également au niveau du village de Thiakho Maty, informe-t-on. Cependant, l'ambition du Ccpa est de doter toutes les communautés rurales des régions de Fatick et de Kaffrine d'un tel ouvrage pour que, d'ici la campagne prochaine, dix unités avec une capacité de stockage variant entre 1 000 et 3 000 tonnes de coque, puissent être implantées. L'objectif visé étant de faire en sorte que les producteurs puissent jouir pleinement du fruit de leur travail.

Dans cette usine, ce sont les femmes bénéficiaires avec leur organisation faîtière qui y travaillent en permanence. Ce qui permettra aux organisations faîtières de ne plus dépendre de l'aide de l'Etat ou de l'étranger. Aussi, envisage-t-on, avec l'aide de la coopération décentralisation, de créer des valeurs ajoutées. A cet effet, 150 femmes seront employées à travailler, suivant des cohortes de 56 femmes par jour. A travers cette stratégie, chacune d'elles pourra gagner entre 3 000 à 5 000 francs par jour.

Le directeur de cabinet du ministre de l'Agriculture et de la Pisciculture se dit satisfait de cette initiative qui constitue une étape du développement local devant amener à l'amélioration des conditions de vie des producteurs locaux. Un pas important dans le développement de l'agriculture en ce qu'il permet de régler le problème lié à la commercialisation des produits agricoles, de l'arachide notamment.

Quant à l'Ambassadeur de Suisse au Sénégal, Jean François Paroz, qui se dit ‘petit-fils de paysan’, il a tenu à remercier les initiateurs de cette unité. Celle-ci est une occasion pour lui de voir de ses propres yeux ‘un résultat concret de travail de la coopération entre le Sénégal et la Suisse dans le domaine de la formation agricole et rurale qui date de dix ans’. Et son excellence de faire remarquer que dans son pays ‘la forte figure nationale n'est pas un roi, encore moins un grand président, mais plutôt un grand agriculteur’. Pour ainsi dire que ‘la Suisse est un grand pays agricole’.

POUR REUSSIR LES FUTURES CAMPAGNES AGRICOLES :

Le Ccpa veut maîtriser les intrants et les semences.

Interpellé sur la campagne agricole qui pointe à l'horizon, notamment sur les semences et intrants y afférents, Ibrahima Niasse dira que la balle est dans le camp des opérateurs privés. Etant entendu que l'Etat a déjà fait ce qu'il devait faire dans ce sens en promettant de donner 30 mille tonnes de semences ordinaires, soutient notre interlocuteur. Selon lui, il reste maintenant à discuter des semences certifiées. Et, précise-t-il, l'objectif du Ccpa est de faire en sorte que tous les intrants soient assurés par la structure elle-même. Seulement Ibrahima Niasse demande à ce que l'Etat accompagne les producteurs.

Ces derniers, dit-il, doivent eux-mêmes assurer leurs propres semences afin de parvenir un jour à une maîtrise économique qui permette aux producteurs d'acheter de leurs poches des semences et intrants pour ne plus dépendre de l'Etat. ‘Notre objectif est de faire en sorte que nous puissions acheter nous mêmes tous nos intrants, puisque l'Etat ne fait qu'accompagner’, informe-t-il. A son avis, c'est donc aux producteurs de se préparer en conséquence pour garder des semences et des intrants. Car, fait-il savoir, l'Etat n'est pas obligé de donner des semences aux paysans. Et, renseigne Ibrahima Niasse, dans tous les pays cela se passe ainsi.

C'est pourquoi, il a été décidé d'aller vers une organisation qui permettra aux producteurs de maîtriser leurs intrants et d'acheter leurs propres semences, indique Ibrahima Niasse. Et, une fois arrivés à la production et à la commercialisation, qu'ils puissent être en mesure de valoriser leur production avec l'accompagnement de l'Etat. –Par "EL.-H. Thiendella FALL" (SOURCE : "Walfadjri" du 13/05/2009).

 

3.-ANNEXE.

 

3.1.-TAÏBA NIASSENE : LE PCR SORTANT RECONDUIT.

Mouhamed Habib Niasse[1] mise sur l’économie locale.

Par Abdoulaye FALL (SOURCE : "Sud Quotidien" du 11/04/2009).

Réinstallé jeudi dernier au fauteuil de président du conseil rural de Taïba Niassène, situé à environs 60 Kms au Sud Ouest de Kaolack, Mouhamed Abib Niasse compte pour ce second mandat à la tête de la communauté rurale relancer l’économie locale.

Ainsi suite à une intervention multisectorielle qui a presque touché la quasi-totalité des secteurs prioritaires, avec à l’appui le soutien de certains partenaires au développement, le tout nouveau président de la communauté rurale de Taïba Niassène veut aujourd’hui faire des populations de véritables pourvoyeurs de l’économie locale.

Avec une agriculture qui constitue l’unique activité pour les habitants, le président Mouhamed Abib Niasse a exprimé sa volonté de greffer à cette activité une valeur ajoutée et ouvrir les portes aux populations afin qu’elles réalisent elles-mêmes leurs propres revenus.

Ainsi lors de sa première allocution après son installation, il a aussi mis l’accent sur la solidarité dans le travail et incite les 46 conseillers élus ( 35 de la coalition « Sopi » et 11 de « Benno Siggil Senegal » ) à s’investir afin de répondre aux aspirations populaires et d’être surtout présents au moment des délibérations.

 

3.2.-PRESENTATION DU CCPA PAR LA COOPERATION SUISSE.

 

L'appui au Cadre de Concertation des Producteurs d'Arachide.

 

La dissolution de la SONAGRAINES et l'instauration du carreau-usine en 2001 ont désorganisé le système de commercialisation de l'arachide et causé d'énormes difficultés aux producteurs.


Analysant la situation, ces derniers ont créé le Cadre de Concertation des Producteurs d'Arachide (CCPA) actuellement implanté dans les régions de Fatick, Kaolack et Tambacounda. L'organisation regroupe plus de 36.000 producteurs.

 

 

Finalité

de l'appui

Renforcer les capacités d'analyse et de proposition des producteurs et alimenter la réflexion sur les mutations des exploitations familiales face à la crise arachidière.

Objectif général

de l'action

Asseoir une véritable organisation professionnelle capable de proposer des alternatives sur la filière et d'influencer les programmes et les politiques de l'Etat.

Objectifs spécifiques

de la phase en cours

  • Approfondir la réflexion du CCPA sur la commercialisation et la diversification des produits de la filière ;
  • Former les leaders de l'organisation au plaidoyer et à la négociation avec les partenaires ;
  • Mettre en place d'autres mécanismes de valorisation et de commercialisation de la production.

Démarche

  • Mettre à contribution les compétences du Bureau d'appui et celles de personnes ressources pour soutenir la réflexion engagée par le CCPA sur l'avenir de la filière et les alternatives à développer ;
  • Soutenir et renforcer des actions pilotes de transformation et de diversification des produits de l'arachide par les femmes.

Financement

de la phase en cours

58.824 CHF / 25.000.000 F CFA.

Autres appuis

Action Aid International, CNCR, ASPRODEB, CNIA, …

Président

du CCPA

(Achaykh Al-Hâjj) Ibrahima NIASS[2]

(Exploitant Agricole: +221-77.638.24.77).

Coordonnées

du CCPA

Adresse: 64, rue Amilcar Cabral.

BP: 405 Kaolack, Sénégal.

Tél./Fax: (+221) 33.941.97.26.

E-mail: ccpakl@yahoo.fr.

Site Web: www.manobi.sn/ccpa.

 

 

* SOURCE : http://www.senswiss-far.org/prog/fiche_ccpa.html

 

 

 

 

window._taboola = window._taboola || []; _taboola.push({article:'auto'}); !function (e, f, u, i) { if (!document.getElementById(i)){ e.async = 1; e.src = u; e.id = i; f.parentNode.insertBefore(e, f); } }(document.createElement('script'), document.getElementsByTagName('script')[0], '//cdn.taboola.com/libtrc/e-monsite/loader.js', 'tb_loader_script');

×